En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

A A A

Visé par des plaintes portant sur le financement d’organisations terroristes lorsqu'il était présent en Syrie, le cimentier franco-suisse vient de publier les conclusions d’une enquête interne. Il reconnaît avoir remis des fonds à des tierces parties pour trouver des arrangements avec des groupes armés, sans toutefois pouvoir les identifier. 

Redoublons d’efforts pour signer la pétition exigeant la nationalisation-sanction du Groupe Lafarge !

http://www.nikonoff2017.fr/qui-est-jacques-nikonoff/communiques/258-appel-pour-une-nationalisation-sanction-de-lafarge

« Rétrospectivement, les mesures prises pour poursuivre les activités de l’usine étaient inacceptables ». C’est la conclusion de l’enquête interne commandée par le géant suisse de la cimenterie LafargeHolcim. Une enquête lancée pour répondre aux accusations de financement de l’organisation État islamique, révélées par Le Monde en juin 2016 dont je m’étais fait l’écho.

L’enquête montre que la filiale locale « a remis des fonds à des tierces parties afin de trouver des arrangements avec un certain nombre de groupes armés en vue de maintenir l’activité et d’assurer un passage sûr des employés vers et depuis l’usine », reconnaît aujourd'hui le cimentier dans un communiqué.

LafargeHolcim fait actuellement l'objet de plaintes de la part de Bercy et d’ONG (Sherpa, ECCHR (European Center for Constitutional and Human Rights). 11 plaignants, ex-salariés syriens de Lafarge, ont saisi la justice avec ces associations.

Cette plainte contre une multinationale pour financement de terrorisme, complicité de crimes de guerre et crimes contre l’Humanité constitue une première. 

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 10 caractères
Vos commentaires sont soumis à la modération d'un administrateur.
  • Aucun commentaire sur cet article.
La campagne
loading...
Web Analytics