En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

A A A

CommuniquePresse

Communiqué n°4

Le 28 juin 2016

Qui étouffe l'affaire Lafarge ?

Le 22 juin 2016, le journal Le Monde révélait l’information ahurissante suivante à sa Une, suivi de deux pleines pages : « Syrie : comment les ciments Lafarge ont travaillé avec l’État islamique ».

Le Groupe LafargeHolcim, dans son communiqué, ne répond pas aux questions suivantes :

- Pourquoi l’usine de Jalabiya a-t-elle continué son exploitation après le printemps 2013, alors que l’organisation État islamique (EI) avait pris le contrôle de la région ?
- Pourquoi la direction du groupe LafargeHolcim ne répond-elle pas aux accusations du Monde selon lesquelles le groupe aurait payé à EI des taxes sur le pétrole et les matières premières nécessaires au fonctionnement de l’usine ? Quel est le montant de ces sommes ?
- Pourquoi la direction du groupe LafargeHolcim ne dément-elle pas les échanges de courriels entre certains de ses dirigeants et des membres de EI ?
- Pourquoi la direction du groupe LafargeHolcim ne dément-elle pas le laissez-passer pour ses camions en Syrie, signé du directeur financier de la région d’Alep alors contrôlée par EI ? Quels étaient les arrangements pour obtenir ce laissez-passer ?

Le 23 juin 2016, je lançais un appel pour une « nationalisation-sanction de Lafarge » qui a reçu à ce jour plusieurs centaines de signatures.

 POUR LIRE L'APPEL :
http://www.nikonoff2017.fr/qui-est-jacques-nikonoff/communiques/258-appel-pour-une-nationalisation-sanction-de-lafarge

 

J’accuse les grands actionnaires et dirigeants du groupe Lafarge de collaboration avec l’organisation criminelle État islamique.

Silence à tous les étages !

Depuis les révélations du Monde, relayées par plusieurs organes de presse, le gouvernement et les partis politiques ne se sont pas manifestés. À ce jour, aucun actionnaire de Lafarge n’a vendu ses actions, aucun cadre dirigeant, aucun membre du Conseil d’administration n’a démissionné pour dénoncer cette collaboration. Tous, par leur inertie, cautionnent la collaboration de l’entreprise avec l’organisation criminelle Daesh.

http://www.nikonoff2017.fr

Contacts presse : 06 18 57 98 69 et 06 42 82 89 73

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 10 caractères
Vos commentaires sont soumis à la modération d'un administrateur.
  • Aucun commentaire sur cet article.
La campagne
loading...
Web Analytics