En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

A A A

http://www.ladepeche.fr/images/header/logo_ddm.png

,

Jacques Nikonoff en quête de parrainages dans l'Aude

Présidentielle 2017

Jacques Nikonoff, chef de file du parti de la démondialisation.
Jacques Nikonoff, chef de file du parti de la démondialisation.

Alors que la campagne de collecte des parrainages a débuté pour les candidats à la présidentielle, Jacques Nikonoff peut compter sur un premier soutien dans l'Aude. En fin d'après-midi, le chef de file du parti de la démondialisation avait ainsi rendez-vous à la mairie de Puivert où son maire Claude Deloustal devait lui accorder sa précieuse signature.

En début d'après-midi, le candidat a fait une halte à Carcassonne pour animer une conférence de presse. En préambule de cette rencontre, Jacques Nikonoff n'a pas été tendre envers les premiers magistrats qui refusent d'accorder leur parrainage «sous prétexte qu'ils ne font pas de la politique… alors qu'ils en font. Ce sont des pleutres !».

Le président du Parti de la démondialisation, qui a aussi été président d'Attac, a ensuite précisé les positions de sa formation. Positions simples… et radicales : sortir de l'Union européenne et de l'Euro, sortir de l'Otan ; sortir de l'OMC ; sortir du FMI…

Pour faire quoi ? «Notre stratégie, c'est de récréer des accords bilatéraux entre pays.» Quitte, selon lui, à prendre des «mesures protectionnistes».

Selon lui, ces conditions sont les seules pour «recréer de l'emploi» en France, «sauver» l'agriculture nationale…

Au niveau des cibles électorales, Jacques Nikonoff en appelle aux abstentionnistes, «à ce qui reste de l'électorat du Parti communiste», et… à la frange «non-raciste» du Front national, jusqu'aux gaullistes lit-on dans le dossier de presse.

Questionné au sujet du climat qui règne sur cette élection présidentielle, Jacques Nikonoff montre du doigt le fautif, selon lui : le PS qui «manipule la campagne», et qui, toujours d'après lui, serait à la manœuvre sur les affaires qui éclaboussent les candidatures Fillon et Le Pen. Pourquoi ? «Pour installer Macron, soutenu par l'aile droite du PS et les grands patrons».

Mais selon lui, «cette opération grossière ne va pas résoudre les problèmes et va favoriser le FN.»

Le parti de la démondialisation présentera trois candidats dans l'Aude aux législatives : Michel Fernandez (3e circonscription); Lydie Chieragatti (2e), Rémy Chieragatti (1e).

L. C.

0 Filet 2

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 10 caractères
Vos commentaires sont soumis à la modération d'un administrateur.
  • Aucun commentaire sur cet article.
La campagne
loading...
Web Analytics