En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

A A A

Bandeau DocPDF Web

Élection présidentielle des 23 avril et 7 mai 2017Biographie jn courte v2

 

JACQUES Nikonoff

 

Candidat du Rassemblement

pour la démondialisation

 

www.nikonoff2017.fr

 

JNJacques Nikonoff, un parcours unique parmi les candidats à la présidence de la République

Il est un authentique homme du peuple tout en étant un homme d’État. Au contraire de la caste politique, il peut se prévaloir d’une expérience d’ouvrier, de chômeur, d’universitaire et d’énarque, en France comme à l’étranger. Né en 1952, Jacques Nikonoff a commencé comme beaucoup de jeunes par faire des petits boulots (offsettiste, chauffeur poids lourds, déménageur…) avant de devenir ouvrier soudeur en usine pendant une dizaine d’années. Licencié, il reprend des études pendant sa période de chômage et se reconvertit dans l’insertion sociale et professionnelle des jeunes en difficulté.

Sans avoir le bac, il réussit le concours d’entrée à l’École nationale d’administration (ENA) et devient administrateur civil à la Caisse des dépôts. Il sera notamment Attaché financier du Trésor à New York et représentant de la CDC aux États-Unis.

Il est actuellement professeur associé à l’Institut d’études européennes de l’Université Paris 8 Saint-Denis. Il a été syndicaliste à la CGT, membre du PCF, fondateur de l’association Un travail pour chacun, président d’Attac-France.

Jacques Nikonoff a habité la cité des « 4 000 » à La Courneuve (93)
pendant vingt-trois ans.

Il a tiré de ces expériences la certitude absolue que la lutte pour supprimer le chômage et la précarité est l’objectif numéro 1 que doivent se fixer les partis politiques et les gouvernements. Tout son parcours est

marqué, aujourd’hui encore, par cette conviction : il faut créer des emplois en masse au lieu de faire des discours creux et hypocrites sur la misère dans les banlieues et les zones rurales.

Jacques Nikonoff milite pour rassembler les « démondialisateurs ».

 

C’est-à-dire tous ceux, quelles que soient leurs orientations politiques passées et présentes, qui veulent vraiment la souveraineté de la France par sa sortie de l’ordre néolibéral mondial et de ses institutions (OTAN, euro, Union européenne, OMC, FMI…), autrement dit la démondialisation. Il ne s’agit pas de se replier sur nous-mêmes, bien au contraire. Il nous faut retrouver notre liberté pour coopérer à égalité avec toutes les nations en nous affranchissant du néolibéralisme.

 

Pendant près de quatre ans il a été au cœur de Wall Street et des marchés financiers,
découvrant de l’intérieur leur nocivité.

 

Quelques années après sa sortie de l’ENA, Jacques Nikonoff ‘est vu confier un poste à New York. Il y a acquis une connaissance fine de la finance, lui permettant aujourd’hui de démontrer concrètement comment démanteler les marchés financiers. Il sait qu’il n’y aura jamais d’accord international pour cela, bien au contraire. Par conséquent, c’est à l’échelle nationale que l’action doit être menée. Et c’est pour cela que Jacques Nikonoff est candidat à l’élection présidentielle, la plupart des autres candidats ayant renoncé à la souveraineté de la France.

Jacques Nikonoff, le candidat du peuple.

Issu d’une famille communiste, il ne se considère pourtant plus de gauche (ni de droite d’ailleurs !). Le champ de ruines politique qu’est devenu la France sous la direction désastreuse du Parti socialiste en alternance avec la droite et le « centre », l’amène à rechercher une autre voie pour renouveler la vie politique. Pour lui, gauche et droite, sur l’essentiel, n’ont plus de désaccords fondamentaux entre eux. C’est vrai en France mais aussi dans l’ensemble des pays développés. Le clivage gauche-droite n’a plus aucun contenu, il faut le remplacer par le seul véritable clivage qui demeure : celui entre le peuple et l’oligarchie.

 

Jacques Nikonoff a publié plusieurs ouvrages :

  • Existe-t-il des réservoirs d’emplois ? (Arléa-Corlet, 1996, sous sa direction).
  • Chômage : nous accusons ! (Arléa, 1998, sous sa direction).
  • La Comédie des fonds de pension (Arléa, 1999).
  • Pour une économie humaine (Mille et une Nuits, 2001, collectif).
  • Vivent les impôts ! (Mille et une nuits, 2005, coordination).
  • Cette constitution qui piège l’Europe (Mille et une nuits, 2005, collectif).
  • Ils se sont dit « oui » (Mille et une nuit, 2005, collectif).
  • Sortons de l’euro ! Restituer au peuple la souveraineté monétaire (Mille et une nuit, 2011).
  • La Confrontation. Argumentaire anti-FN, Le Temps des cerises, 2012.

 

Jacques NIKONOFF sollicite le parrainage des élus pour l’élection présidentielle

Pour toute information.

Pour imprimer le formulaire de parrainage.

Rendez-vous sur le site Internet de Jacques NIKONOFF
et du Rassemblement pour la démondialisation

www.nikonoff2017.fr

 

Écrivez à nikonoff2017 – BP 91 – 06504 Menton 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Ajouter votre commentaire

Écrire un commentaire en tant qu'invité

0 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir plus de 10 caractères
Vos commentaires sont soumis à la modération d'un administrateur.
  • Aucun commentaire sur cet article.
La campagne
loading...
Web Analytics