En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

A A A

Communiqués

Communiqué de Jacques Nikonoff

5 octobre 2016

Tous les fanatiques du marché, ceux dont la nouvelle religion est la concurrence prétendument « libre », avec leur clergé médiatique récitant le bréviaire néolibéral matin, midi et soir sur les ondes, les journaux et les antennes, enragent. Cela fait plaisir à voir ! La cause de cette hystérie a été provoquée par la décision du gouvernement d’accélérer les commandes publiques pour Alstom. Certes, le gouvernement a agi sous la pression des salariés et d’une bonne partie de la population, scandalisés par la destruction envisagée d’un fleuron de l’industrie française et des emplois qui vont avec. Son action, il est vrai, ne s’inscrit pas dans une perspective stratégique intégrant tous les paramètres d’une nouvelle politique des transports liée en particulier à l’impératif de préservation de l’environnement, au maintien et au développement des capacités de production nationale et des emplois. Mais l’essentiel a été fait ! La France va continuer à fabriquer des motrices et des trains, préservant ainsi des emplois, limitant notre endettement à l’étranger par de nouvelles importations de matériels ferroviaires alors que notre pays excelle dans ce domaine.

JN Grece 1Il était 23 heures, le jeudi 14 juillet à Nice, une immense foule était rassemblée sur la Promenade des Anglais. Une foule pacifique, joyeuse, réunie pour les traditionnelles festivités du 14-Juillet. Immédiatement après la fin du feu d’artifice, un camion a foncé dans la foule à vive allure. Son conducteur donnait des coups de volant pour faucher un maximum de personnes. Au moyen d’armes lourdes il a tiré sur le public avant d’être abattu. Ce sont 84 citoyens qui ont été assassinés, 18 sont encore dans un état d’urgence absolue.

Communiqué du Pardem,  29 mai 2016

Jacques Nikonoff est candidat à la présidence de la République

La date du 29 mai pour l’annoncer ne doit rien au hasard. C’est, en effet, l’anniversaire de la victoire du NON au référendum de 2005 sur le Traité constitutionnel européen (TCE) à laquelle Jacques Nikonoff a largement contribué. Une victoire qui avait sonné comme un coup de semonce pour le système euro-libéral. Mais une victoire dont les Français ont été privés par le coup d’État parlementaire orchestré par la plupart des députés et sénateurs de droite, du centre, du Parti socialiste et des Verts. Car le congrès, en adoptant le Traité de Lisbonne en 2008, plaçait encore davantage la France sous tutelle du système de l’Union européenne, institutionnalisant et même constitutionnalisant les politiques néolibérales.

La candidature de Jacques Nikonoff à l’élection présidentielle s’inscrit dans la continuité du combat du NON au TCE.

Le 1er juillet 2016.

Macron doit déclencher un contrôle fiscal du groupe Lafarge

C’est le 22 juin 2016 que le journal Le Monde a révélé que « les ciments Lafarge ont travaillé avec l’État islamique » et qu’il a lui « versé des taxes sur le pétrole et les matières premières ».

Le 23 juin 2016, dans un communiqué de presse, Jacques Nikonoff demandait aux pouvoirs publics de réagir.

À ce jour, aucun actionnaire de Lafarge n’a vendu ses actions, aucun cadre dirigeant, aucun membre du Conseil d’administration n’a démissionné pour dénoncer cette collaboration. Tous, par leur inertie, cautionnent la collaboration de l’entreprise avec l’organisation criminelle Daech.

La campagne
loading...
Web Analytics