En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

A A A

Sur l'Union européenne.

 Par Jacques Nikonoff, porte-parole du Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

Le 20 mai 2014.

Résumé

Le Parti socialiste et Europe-Écologie-Les-Verts craignent un score particulièrement médiocre à l’élection européenne. Pour tenter de gonfler le nombre de leurs voix, ils prétendent qu’une majorité du « Parlement » européen pourrait mettre un terme au Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (PTCI ou TAFTA). A condition, bien sûr, de voter pour leurs listes. Il faudrait ainsi remercier le traité de Lisbonne d’avoir accordé des super-pouvoirs au « Parlement » européen ! C’est du charlatanisme politique ! Car il existe une solution bien plus simple et bien plus rapide pour mettre un terme au PTCI. C’est d’obtenir, par la mobilisation populaire, que le gouvernement socialiste (qui de son côté demande l’ « accélération  » de ces négociations) décide de retirer le mandat de négociation que la France a donné à la Commission européenne. Le parlement français, lui aussi, peut voter – dès demain matin – une motion demandant au gouvernement de mettre un terme à ce scandale. Chaque pays peut procéder de la sorte.

Par Jacques Nikonoff

Le 10 mai 2012.

Un appel à pétition circule dans neuf pays européens pour que la question du libre-échange soit posée au Parlement européen. Le but est que des barrières protectionnistes soient érigées au niveau de l’Union européenne. Si la mesure était adoptée, ce serait effectivement une rupture avec la politique que l’Union européenne défend à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), c’est-à-dire le libre-échange intégral aussi bien sur le plan social que sur le plan écologique.

Par Jacques Nikonoff

Le 7 mars 2012.

Depuis trente ans, les libéraux de droite et de « gauche » ont pris prétexte de « l’intégration européenne » pour affaiblir les États. Non pas pour remplacer les puissances publiques nationales par une puissance publique européenne, mais au contraire pour tuer le principe-même de la puissance publique – comme expression de la souveraineté populaire et nationale -, en particulier dans le secteur des services (énergie, eau, transports, santé, éducation, banque, assurances, etc.).

Le 4 septembre 2012

Par Jacques Nikonoff

Plusieurs organisations et personnalités de gauche, de droite et du Front national, chacune à leur manière, demandent la tenue d’un référendum sur le Traité sur la stabilité, la coopération et la gouvernance de l’Union européenne (TSCG, appelé aussi « Pacte budgétaire »). Ce traité, en effet, s’il s’applique, portera gravement atteinte à la souveraineté nationale puisqu’il encadrera sévèrement les choix budgétaires du Parlement au point de mettre en cause la souveraineté budgétaire de la Nation.

 Une étude américaine accablante pour le système européen cachée par les médias français.

Par Jacques Nikonoff.

Le 8 juin 2012.

Selon le Pew Research Center, boite à idées américaine basée à Washington, l’Union européenne est dans une véritable situation de déliquescence. La conscience grandit peu à peu que pour construire une véritable union des peuples et nations d’Europe, il faut préalablement démanteler le système eurolibéral mis en place par les classes dirigeantes depuis la période de la Guerre froide, faussement appelé « Union européenne ». On ne fera pas du neuf avec du vieux.

La campagne
loading...
Web Analytics