En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

A A A

Sur la décomposition politique.

Par Jacques Nikonoff.

Le 15 juillet 2015.

Après la « Déclaration du sommet de la zone euro », à Bruxelles le 12 juillet 2015, signée par la Grèce, une nouvelle configuration politique européenne devrait se révéler aux yeux de tous. Comme prévu, la gauche de gauche participe au démantèlement de la souveraineté grecque au profit de la tyrannie européenne. Le 3e mémorandum grec qui en résulte va accentuer l’austérité, sans aucune perspective de redressement économique et social pour ce pays.

Par Jacques Nikonoff

Le 30 mai 2014.

Les résultats de l’élection européenne n’ont provoqué aucune « inquiétude » particulière pour les marchés financiers. Nul besoin de les « rassurer » n’est apparu nécessaire. La Bourse, en effet, selon le quotidien de l’économie Les Échos du 26 mai, était même « optimiste » puisque le CAC 40 gagnait 0,75 %, nouveau sommet depuis septembre 2008. Même chose en Allemagne où le DAX s’offrait un nouveau record historique. La Bourse de Milan montait de 3,61 %, celle de Madrid de 1,22 %... Quant à l’euro, il montait par rapport au dollar.

Il existe encore des citoyens qui croient à tort que le « Parlement » européen dispose de vrais pouvoirs ; force est de constater que ce n’est pas le cas et que les marchés financiers tiennent bien les manettes. L’Union européenne est leur créature. La Banque centrale européenne (BCE) est leur instrument et le débouché professionnel naturel pour la carrière des « meilleurs » d’entre eux. La Commission européenne est leur agence, un relais efficace pour faire passer leurs exigences.

Par Jacques Nikonoff.

Le 31 août 2014.

Lundi 25 août, à la demande du président de la République François Hollande, le Premier ministre Manuel Valls lui remettait la démission de son gouvernement. À 9h35, en effet, un communiqué de l’Élysée annonçait que « le président de la république a reçu ce matin le premier ministre. Manuel Valls a présenté au président de la République la démission de son gouvernement. Le chef de l’État lui a demandé de constituer une équipe en cohérence avec les orientations qu’il a lui-même définies pour notre pays. Sa composition sera annoncée dans la journée de mardi ».

Cette décision était motivée par des déclarations publiques de deux ministres, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, contestant les orientations de politique économique du président de la République et du Premier ministre.

La campagne
loading...
Web Analytics