En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de suivi et de préférences

A A A

Vidéos

4 décembre 2016.

« Les démondialisateurs et les décroissants (ou objecteurs de croissance) sont des cousins ! » s’est exclamé Jacques Nikonoff lors d’une récente réunion publique.

C’est à Paris, le 21 novembre dernier à la REcyclerie, Porte de Clignancourt, que s’est tenu un débat sur le thème « La décroissance est-elle un système viable à l’échelle mondiale ? Quelle transition possible ? ».

Sont intervenus devant un public nombreux surtout composé de jeunes :

  • Jacques NIKONOFF, candidat à la présidence de la République au titre du Rassemblement pour la démondialisation.
  • Fabrice FLIPO, philosophe, maître de conférences en développement durable à Télécom École de Management.
  • Vincent LIEGEY, chercheur en décroissance et transition, co-auteur d’Un projet de décroissance (Utopia 2013), co-fonateur du projet Cargonomia.
  • Assen SLIM, Économiste, Maître de Conférences à l’INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales).

Jacques Nikonoff a expliqué qu’il ne pouvait pas être d’accord avec la notion de « décroissance », qui généralise trop et donne l’impression que tout doit décroitre. Il a indiqué qu’il rejoignait largement les thèses de Serge Latouche, l’un des fondateurs de la décroissance, qui se revendique en fait de l’objection de croissance. Car si des activités économiques doivent décroitre, en particulier celles qui détruisent la planète et donc les êtres vivants, d’autres, au contraire, doivent croitre. C’est le cas, par exemple, de toutes les activités, notamment productives, qui servent à permettre l’accès à tous les habitants de la planète à l’eau potable, à l’assainissement, à l’énergie, à l’alimentation…

Il a plaidé pour l’ouverture d’un dialogue entre démondialisateurs et décroissants.

Vidéo des interventions de Jacques Nikonoff


Vidéo complète du débat


Pour accéder au site de la REcyclerie, cliquez ici.
http://www.larecyclerie.com/

 



Participez à la campagne de Jacques Nikonoff pour la présidentielle !

 


Réagissez (0) Clics: 890

Réagissez (0) Clics: 766

Par Jacques Nikonoff

Le 17 septembre 2016.

Jacques Nikonoff a fait un discours lors de la séance d’ouverture de la Conférence internationale organisée par la coordination européenne anti-euro à Chianciano Terme (Italie, 16-18 septembre 2016). Le thème était « Que faire après l’Union européenne ? » Son discours a porté sur la nécessité de tendre la main aux partisans sincères de « Plans B » pour l’Union européenne (changer l’Union européenne de l’intérieur, sans en sortir), et de démasquer ceux qui sont dans la posture (flatter l’électorat qui veut rompre avec l’Union européenne en cultivant des propos volontairement flous).

https://youtu.be/ec-iVaVvfpM

Séance d’ouverture avec :

Julio Anguita, coordonnateur de Izquierda Unida (Espagne, par vidéo), Anthony Coughlan Directeur de The National Platform EU Research and Information Centre (Irlande), Inge Höger, Die Linke (Allemagne), Dimitris Kazakis, secrétaire général du Front uni populare – EPAM (Grèce), Leonardo Mazzei, Movimento di Liberazione Popolare - Programma 101 (Italie), Pedro Montes, MS21 (Espagne), Jacques Nikonoff, Rassemblement pour la démondialisation (France), Jacques Sapir, économiste, essayiste (France, par vidéo), Panagiotis Sotiris, secrétariat politique Unité Populaire et « Initiative pour la gauche communiste » (Grèce), Marco Zanni, député européen M5S (Italie).

Pour accéder à la version papier, cliquez ICI



Participez à la campagne de Jacques Nikonoff pour la présidentielle ! 

 

Réagissez (0) Clics: 1101
La campagne
loading...
Web Analytics